Entretien avec Aimery de Vaujuas, fondateur du Collège Universitaire Cartesia, programme complémentaire à la licence universitaire qui accompagne les étudiants pour les aider à réussir leur licence et à préparer leur poursuite d’études dans une filière d’excellence.

Avec le Collège Universitaire Cartesia, vous proposez un nouveau type de programme d’enseignement supérieur. On avait déjà l’université, la prépa, le BTS, l’IUT, l’école postbac… le choix d’études n’est-il pas assez vaste pour que chacun y trouve son compte ?

Au contraire ! Les élèves sont sommés de choisir, à 17 ou 18 ans, entre des voies très cloisonnées : les meilleurs élèves vont généralement en classe prépa travailler comme des acharnés pour un résultat incertain, beaucoup choisissent (parfois par goût, mais souvent par défaut) un cursus postbac ou un cursus universitaire un peu «  à l’aveugle »… C’était mon cas quand je suis entré en 1ère année de droit à Assas il y a 15 ans, après une scolarité un peu moyenne au lycée de l’Alma (BAC ES sans mention). La suite de mon parcours a prouvé qu’en manœuvrant habilement, tout reste ouvert pour les élèves de la fac dont le choix initial n’était pas une évidence : en m’organisant bien et en comprenant la méthode attendue par l’université j’ai validé toutes mes années du 1er coup et après ma 3ème année j’ai intégré l’EM Lyon, une Grande École de commerce, en admission parallèle. Avec le Collège Universitaire Cartesia, nous nous adressons à tous les étudiants de la fac qui veulent décupler leur potentiel académique en assurant l’obtention de leur licence, mais qui veulent aussi mûrir leur projet, au-delà des résultats universitaires. Pour y parvenir, des professeurs spécialistes du soutien universitaire, des Grandes Écoles et des universités étrangères coachent nos élèves de la 1ère à la 3ème année.

Vous insistez sur la nécessité de compléter sa licence à l’université et de se préparer à cette poursuite d’études le plus tôt possible. Pourquoi ?

« Chaque élève du Collège Universitaire Cartesia bénéficie d'un coaching individuel par un professeur référent. »

Je fais un constat simple, partagé par la plupart des recruteurs : l’université française demeure un modèle d’excellence académique, mais les diplômes qu’elle délivre ne remplissent plus leur rôle d’intégration sur le marché du travail. Lors de ma licence à Assas, j’avais découvert les bases du droit, mais je me sentais loin d’être armé pour affronter le marché du travail. Les admissions parallèles en Grande École m’ont permis de changer entièrement la donne et d’ajouter à mon CV un 2ème diplôme. À l’EM Lyon, j'ai passé de très belles années à compléter ma formation initiale par une formation aux métiers du management et de la gestion d'entreprise. Rétrospectivement, je constate que sans passer par la prépa j’ai réussi à intégrer une meilleure École que ceux qui étaient les premiers de ma classe dans mon lycée et qui, eux, ont été en prépa… Et j’ai aussi un diplôme de droit en prime ! Je mesure aujourd’hui toute la richesse de ce double parcours et je veux permettre au maximum d’étudiants d’en faire de même.

Vous dites vous adresser à tous les étudiants de l’université, mais ils n’ont pas tous vocation à entrer en Grande École de commerce par les Admissions Parallèles !

« C’est l’une des caractéristiques du Collège Universitaire Cartesia que de ne pas enfermer les étudiants dans une voie toute tracée.»

Vous avez tout à fait raison. Le diplôme de licence universitaire donne accès à des voies très diverses et c’est pour cela que le Collège Universitaire Cartesia offre des possibilités très variées de poursuite d’études : ceux qui ne sont pas intéressés par les études de commerce peuvent choisir de se concentrer sur Sciences Po Paris et les IEP, sur les écoles de communication et de journalisme, les universités étrangères, ou encore les concours administratifs. C’est l’une des caractéristiques du Collège Universitaire Cartesia que de ne pas enfermer les étudiants dans une voie toute tracée, mais de leur permettre, à partir de n’importe quelle licence universitaire (droit, économie, histoire, lettres…), de mûrir leurs projets et de se forger des armes pour entrer dans une formation d’excellence après leur licence, quel que soit leur choix.

Comment cela se traduit-il concrètement ?

« L'université exige beaucoup des étudiants sans les encadrer suffisamment. »

Pour pouvoir prétendre aux formations complémentaires, il faut d’abord réussir sa licence, et si possible avec les honneurs, ce qui n’est pas simple ! Car l’université exige beaucoup de ses étudiants sans les encadrer suffisamment. Au bout du compte ils ne sont que 28% à réussir leur licence en 3 ans… Pour éviter cet écueil, le Collège Universitaire Cartesia accompagne d’abord les étudiants dans la réussite de leur licence : stage de pré-rentrée, cours de méthodologie, coaching individuel pour la préparation des TD chaque semaine, révisions intensives avant les partiels… C’est grâce à cet accompagnement serré que nos étudiants parviennent à éviter le piège du redoublement. Parallèlement, les étudiants sont tous coachés et accompagnés dans la définition de leur projet d’étude grâce à des enseignements complémentaires qui font défaut à la fac et qui leurs ouvriront de nombreuses portes : pratique de l’anglais, culture générale, conférences d’actualité et de découverte des métiers… Ils sont également invités à multiplier les expériences en entreprise ou à l’étranger pendant leurs vacances. Dès la 2ème année, ils se spécialisent sur la préparation des filières qui correspondent à leurs projets, et en 3ème année ils n’ont plus qu’à convertir l’essai pour intégrer la filière ou la Grande École de leur rêve l’année suivante.

Tout cela est-il compatible avec le rythme de l’université ?

Le Collège Universitaire Cartesia profite des grandes plages de temps disponibles des étudiants de l’université : en 1ère année de licence, les étudiants ont en moyenne 20h de cours et de TD par semaine, c’est à dire une moyenne de 4h par jour (et environ 5h par jour en 2ème ou 3ème année). Cela représente une nette décélération par rapport à la classe de Terminale ! Il y a donc de vastes plages horaires disponibles, que les étudiants n’optimisent pas comme ils le pourraient, faute d’une organisation méthodique. C’est aussi l’un des objectifs du programme : éviter la perte de temps des étudiants, qui est l’un des pièges de la fac et de ses emplois du temps en forme de gruyère.

«  Nous accompagnons  nos étudiants »… vous parlez au présent. Le Collège Universitaire Cartesia n’ouvre-t-il pas ses portes l’année 2015-2016 ?

Oui et non  : le Collège Universitaire Cartesia est né de la synthèse de nos instituts qui ont développé depuis plusieurs années une forte expertise dans le soutien universitaire et la préparation aux concours : 
- pour le soutien universitaire, Le Cours d’Assas et Licence Plus qui ont accompagné près de 2000 étudiants sur la voie de la réussite universitaire depuis 1989,
- pour la préparation de la poursuite d’études après la licence, Admissions Parallèles, la 1ère prépa sur les concours d’entrée en Grande École, qui existe depuis 2009.

Mais il ne s’agit pas d’accoler simplement ces deux expertises. Avec le Collège Universitaire Cartesia, nous avons construit un programme cohérent et sur mesure pour les étudiants décidés à tirer le meilleur de l’université et à s’ouvrir toutes les opportunités en master. La naissance de cet institut doit beaucoup à l’exemple des étudiants que nous avons accompagnés et qui sont aujourd’hui « double-diplômés  » d’Assas et Sciences Po Paris, de Nanterre et d’HEC, de la Sorbonne et la London School of Economics… des parcours plutôt encourageants pour des élèves qui n’étaient pas tous des premiers de classe en Terminale, loin de là !

« Avec le Collège Universitaire Cartesia, chacun peut désormais réviser ses ambitions à la hausse, et voir la licence comme un tremplin vers une poursuite d'études dans une filière d'excellence : en Grande École, à Sciences Po, dans une université étrangère... »