Le 5 janvier 2016 est une date clé dans le parcours des nombreux élèves de Terminale candidats à Sciences Po Paris : c'est la date-limite de validation du dossier de candidature à Sciences Po. Les candidats s'y préparent depuis le début de l'année, et pour certains depuis la classe de première, ou même de seconde. L’enjeu est de taille : il s'agit d'attirer l'attention d'un jury traquant les esprits curieux, les ambitieux passionnés, les amateurs d'international, amoureux des voyages et du risque intelligemment mesuré. Quels sont les éléments les plus importants du dossier de candidature à Sciences Po? La réussite est-elle réservée aux bons élèves? Comment doit-on préparer son dossier? La rédaction de mes-etudes.com a mené l'enquête.

Un dossier bien conçu : une première étape essentielle dans la procédure d'admission à Sciences Po

Pour Elise Paez, diplômée de Sciences Po Paris et responsable de la préparation à Sciences Po aux Cours du Parnasse, le dossier est bien plus qu'une formalité administrative : il doit être considéré comme une épreuve en tant que telle. « Il faut prendre très tôt la mesure de l'importance du dossier. Cette échéance incontournable, à date fixe, est primordiale dans la démarche. Elle constitue la première épreuve de la phase d'admissibilité et le coefficient qui lui est affecté est aussi important que celui des épreuves écrites. Il faut donc s'y préparer avec autant de sérieux que celui qu'on met à préparer les épreuves écrites ».

Un jury sensible aux résultats scolaires, mais surtout en quête de vraies personnalités

Epreuve à part entière du concours d'entrée au Collège universitaire, ce dossier sera noté A, B, ou C au regard des différents éléments fournis par le candidat : un dossier académique, une lettre de motivation et des réponses aux questions complémentaires.

 Le dossier académique, nécessaire mais pas suffisant

Il est demandé à chaque candidat de fournir ses notes de Seconde, de Première, des épreuves anticipées du baccalauréat et du 1er trimestre de Terminale. Les excellents dossiers académiques se verront attribuer un A+ qui leur permettra de se rendre directement à l'oral. Ils en seront avertis le 5 février. Les autres ne quitteront pour autant pas la course : des éléments annexes du dossier pourront enthousiasmer un jury qui est au moins aussi sensible à la capacité d'ouverture qu'aux résultats scolaires, ces derniers témoignant de la force de travail mais pas forcément d'un caractère adaptable aux enjeux du monde actuel et à venir. Ainsi, l'élément capital du dossier de candidature à Sciences Po est la lettre de motivation, qui permet au jury de décrypter la personnalité du candidat.

Une lettre pour motiver son choix de programmes

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, il ne s'agit pas dans cette lettre de présenter les raisons de sa candidature à Sciences Po, mais bien de justifier le choix des deux programmes du Collège Universitaire auxquels doit postuler le candidat

Trois choix de programmes s'offrent à la réflexion des candidats :

  • Un programme généraliste à Paris (notez qu'à compter de 2017 ce programme sera proposé à Reims)
  • Des campus en province dédiés à des régions du monde (Le Havre propose par exemple un campus spécialisé sur l'Asie, tandis que le campus de Poitiers accueille les passionnés d'Amérique Latine, et qu'à Menton on s'interroge sur le Moyen-Orient). 
  • Des doubles diplômes, particulièrement adaptés à ceux qui hésitent entre la prépa et Sciences Po puisque l'enseignement en faculté (histoire, littérature, philosophie, maths ou Sciences) vient s'ajouter à celui de la rue Saint Guillaume dans ses grandes spécialités. 

Dans leur lettre de motivation, les candidats doivent expliquer, en 1100 mots, pourquoi ils postulent à tel ou tel programme en particulier et dire, dans la mesure du possible, comment ces programmes s'intègrent à leur projet professionnel ou, tout au moins, à des perspectives d'avenir, en illustrant leur propos d'expériences personnelles, qu'il s'agisse de stages, de voyages, ou encore de rencontres marquantes. Pour cet exercice, la consigne de Sciences Po est sans équivoque : le candidat doit écrire une lettre qui lui ressemble, et d'où découle l'évidence de la candidature. Il ne s'agit donc pas de s'inventer un personnage mais, au contraire, de se raconter et de dire pourquoi Sciences Po est fait pour soi et surtout pourquoi on est fait pour Sciences Po. 

Des questions complémentaires

À cette lettre de motivation, s'ajoutent des questions complémentaires. Les candidats devront décrire des expériences professionnelles ou stages de plus d'un mois, chose relativement difficile à 16, 17 ou 18 ans. Peu nombreux seront ceux qui pourront remplir cette case. Les expériences à l'étranger doivent également faire l'objet de mentions spécifiques: séjours marquants, summer school, expatriation sont autant d'éléments qui permettront de rendre compte d'un intérêt particulier pour l'international. Enfin, en 1000 caractères, on pourra décrire une activité extrascolaire que l'on souhaite porter à la connaissance du jury ; ce pourra être une distinction au concours général, une initiative originale s'inscrivant dans un goût prononcé pour l'art ou le sport ou encore un engagement associatif, plus ou moins spectaculaire (les actions humanitaires à l'étranger ne seront pas plus valorisées que, par exemple, des petits cours de soutien scolaire donnés à des jeunes de son quartier). L'objectif de ces questions est de cerner l'engagement du candidat. 

Le dossier, une épreuve décisive

Sélective, l'épreuve du dossier s'inscrit dans le profil Sciences Po d'aujourd'hui : en 2015, Sciences Po aime les candidats engagés, curieux, adaptables, les passionnés capables de traduire leur « jusqu'au-boutisme » dans leur quotidien. L'exercice du dossier permettra au jury d'identifier une personnalité, un caractère et ainsi d'attribuer, au-delà du simple dossier académique, une note : A, B ou C. L'ensemble des candidats – à l'exception des dossiers ayant obtenu un A+, dispensés d'épreuves écrites – se rendra aux épreuves écrites fixées, pour la prochaine édition du concours, aux 20 et 21 février 2016. La moyenne des notes obtenues au dossier et aux épreuves écrites permettra de décider de l'admissibilité du candidat. Le rôle du dossier ne s'arrêtera pour autant pas là : véritable poids lourd pour l'oral, il sera décisif dans la décision finale d'admission. En effet, l'oral, phase ultime du concours permettra au jury d'appréhender des qualités intellectuelles, mais aussi de vérifier si le profil du candidat – tel que décrit dans le dossier – correspond à ce que souhaite Sciences Po aujourd'hui : le monde bouge, Sciences Po aussi.

Les Cours du Parnasse : le pari de l'accompagnement personnalisé

La bonne connaissance du concours et de ses exigences a obligé les Cours du Parnasse à mettre en place un suivi personnalisé pour la rédaction des dossiers. Tout est pensé pour éviter aux étudiants de « trébucher » dans la pré- paration de cette épreuve incontournable. Aux Cours du Parnasse, on réfléchit « terrain » et au-delà de la rédaction d'un dossier ne traduisant qu'un discours appliqué de bon élève, on fait en sorte de permettre à l'élève « d'accoucher » d'un dossier qui lui ressemble. L'esprit « Sciences Po 2015 » ne s'invente pas. Il doit dicter la conduite rigoureuse de cette épreuve dans lequel il faut conjuguer des qualités diverses, bien identifiées par les spécialistes de la prépa. Ateliers en petits groupes, accompagnement par un tuteur ancien de Sciences Po et conseils personnalisés sont autant d'éléments qui permettent à chaque élève des Cours du Parnasse de rendre un dossier abouti, vrai, en accord avec les exigences du concours. Elise Paez précise : « on peut être excellent élève mais très maladroit dans la prestation spécifique qu'est le dossier de candidature à Sciences Po. Tout s'apprend! » Janvier approche, et la limite de dépôt des dossiers n'attend pas, alors... 

A vos marques, prêts, partez!