par Antoine Desjonquères

 Après une scolarité à Saint-Louis de Gonzague et deux années de classe préparatoire économique et commerciale à Daniélou, Antoine Desjonquères a intégré HEC, dont il a été diplômé en 2014. Il est le fondateur et  l’animateur d’Après la Terminale, la plateforme de l’orientation post-bac.

 








S’orienter c’est choisir et donc renoncer un peu. À ses rêves parfois, à une idée fabriquée de plus ou moins longue date souvent, à ce qu’on croyait être une vocation aussi...Cela demande un certain courage : pour beaucoup c’est la première occasion de se tenir debout face à son avenir, de réfléchir à sa personnalité pour construire un projet personnel et réaliste. Mais cela procure aussi une grande satisfaction, qui n’est pas sans rapport avec l’excitation du jeune conducteur qui quitte pour la première fois le siège du passager et passe au volant de sa voiture. S’orienter c’est s’informer aussi. Bien souvent, l’idée que l’on se fait d’une formation, de ses programmes ou de ses débouchés est tout à fait déconnectée de sa réalité. Dans ce premier numéro du Mag’ Après la Terminale, vous trouverez des interviews sur la plupart des grandes filières de l’enseignement supérieur qui devraient déjà vous permettre d’y voir plus clair sur leurs exigences et leur offre académique. Cela dit ne vous en contentez pas. Les choix éclairés supposent de multiplier les sources d’informations : rencontrez des étudiants, interrogez des professionnels, assistez à certaines des conférences gratuites proposées par « Après La Terminale », lisez la presse ! Et si le coeur vous en dit découvrez le quotidien d’un étudiant pendant quelques heures, comme le propose le module « Vis Ma Vie d’Étudiant » présenté dans ce Mag’, pour confirmer ou infirmer vos intuitions ! S’orienter enfin c’est accepter d’écouter les conseils de ceux qui vous ont précédé dans ce maquis. En ce qui me concerne, si je devais vous transmettre trois conseils principaux, voici ceux qui me sembleraient fondamentaux :

  • Choisissez vraiment :

Il faut d’abord éviter le piège de l’orientation par défaut, qui consiste à se couler dans un moule qui n’est pas fait pour soi. Interrogez-vous en profondeur sur ce qui vous attire a priori, n’inventez pas de réponses trop hâtives pour vous débarrasser de vos doutes. Affrontez les questions que vous vous posez sans vous dérober : soyez certains que si vous essayez de les contourner elles reviendront un jour ou l’autre, et il faudra alors peut-être faire marche arrière, ce qui demande plus d’effort encore… Ce piège du « faux-choix » est en effet à l’origine de beaucoup d’échecs et de réorientations.

  • Choisissez librement :

Le choix d’un métier ou d’une formation engage parfois pour longtemps. Comme le champ des possibles est très large, il faut commencer par ne pas se fixer de contraintes, réfléchir librement, ne pas rejeter des voies qui paraissent a priori trop risquées ou trop ambitieuses. Demandez- vous quels sont vos rêves, et s’ils n’apparaissent pas clairement, dénichez- les ! Sans doute pouvez-vous commencer par réfléchir sur ce que vous aimez faire, en classe mais aussi à côté. Vos bulletins scolaires ne contiennent pas la réponse : certains adorent faire du commerce, d’autres rendre service, d’autres aiment imaginer et créer, et faire à leur façon. Ce n’est pas en regardant vos bulletins de notes que vous allez identifier ces qualités ! Si aucun métier ne vous attire tout de suite, demandez-vous déjà dans quel environnement vous avez envie de travailler.

  • Choisissez régulièrement :

L’orientation ne s’arrête pas après le bac. Continuez de vous poser des questions jusqu’à ce que vous soyez convaincu d’être dans la bonne voie : la vôtre !

Les interviews que nous avons sélectionnées allumeront peut-être quelques idées. Ce sont des cartes postales que vous écrivent ceux qui vous ont précédé dans les études.

Bonne lecture, et bonne orientation !