Charlie, 23 ans, étudiant en 3ème année à Lim’Art nous raconte son parcours et son expérience en école d’art.    

1. Peux-tu revenir en quelques mots sur ton parcours académique depuis le bac jusqu’à aujourd’hui ?

Après avoir obtenu un bac S, j'ai d'abord fait une licence de physique à l'université Paris Diderot, où j'étudiais l'astronomie et l'astrophysique. J'ai quitté la fac en fin de troisième année pour rentrer en école d'art, à Lim'Art plus précisément. Je m'intéresse toujours à l'astronomie, qui se retrouve dans plusieurs de mes créations de l'école à présent!

 

2. Qu’est-ce qui t’a décidé à postuler à Lim’Art et comment avais-tu entendu parler de cette école ?

En cherchant les formations d'art sur internet, je suis assez rapidement tombé sur le site de Lim'Art. En le consultant, j'ai vu que l'école proposait une MANAA (Mise à Niveau en Arts Appliqués), ce qui permet d'intégrer l'école sans aucune formation artistique préalable. Pour autant, il faut travailler davantage pour "rattraper" un niveau correct. Financièrement parlant, la filière artistique d'Ynov Paris venant d'ouvrir, le coût de la formation était moindre que d'autres écoles d'art privées.

 

3. Comment se passent-les cours à l’école ? Qu’étudies-tu cette année ?

On a un cursus en tronc commun avec de l'infographie, du croquis, de la culture de l'image... et l'option en plus à côté (en l'occurrence, j'ai choisi cette année d'étudier le graphisme). On a également des projets à suivre sur plusieurs semaines, ce qui est très intéressant pour les étudiants très motivés qui ont déjà en tête leur projet personnel et qui peuvent commencer à le développer en bénéficiant de l'accompagnement des professeurs.

 

4. Fait-on des stages ?

En ce qui concerne le graphisme, il y a effectivement un stage en imprimerie à effectuer en deuxième année.

 

5. Selon toi, quels sont les atouts de cette école par rapport aux autres ?

Pour moi, c'est le fait que tous les professeurs aient également une casquette professionnelle. Ils travaillent pour la plupart à leur compte, et connaissent donc vraiment les tendances actuelles etc... qu'ils peuvent nous transmettre. De plus, le nombre d'étudiants étant inférieur à celui d'une fac ou autre grosse école, il y a une relation avec l'encadrement très simple et décomplexée, qui permet des facilités administratives comme la réservation d'une salle par exemple. Tout est mis en place pour nous permettre d'avancer dans nos projets. 

 

6. Les métiers des arts appliqués sont de plus en plus en vogue en ce moment : quel est ton projet professionnel ?

Pour le moment, je souhaite être tatoueur, d'où l'étude des croquis, des dessins, etc.

Mais je voudrais aussi suivre des projets divers en tant que graphiste et photographe. Dans notre cursus de graphisme, nous sommes actuellement en train de créer notre propre magazine, pour lequel nous réalisons la totalité du graphisme et de la mise en page,  les photos (notamment grâce au studio dont nous disposons à l'école), et les interviews. Je gère donc la rubrique "Tattoo". C'est vraiment très stimulant ! J'ai fait énormément de rencontres grâce à ce projet... 

 

7. As-tu un conseil pour les lycéens qui souhaiteraient se lancer dans ce genre d’études spécialisées ?

Il faut bien comprendre que les formations artistiques sont le miroir de l'étudiant, la seule limite de son apprentissage, c'est son ambition. Deux étudiants ayant le même enseignement sortiront complètement différents de l'école. C'est un enseignement très individuel et personnel, mais qui se nourrit d'un travail en équipe !

Pour plus d'informations, cliquez ici