Frédéric, 24 ans, est diplômé de Sciences Po Lille. Il travaille aujourd’hui dans un cabinet de conseil en concertation publique et revient sur le parcours qui l’a conduit jusqu’ici.  

Peux-tu présenter ton parcours académique depuis le lycée ?

J'ai passé le bac ES en 2009 dans un lycée parisien. J’étais intéressé par les questions économiques et sociales et les sciences politiques me semblaient être le domaine d’études qui s’en rapprochaient le plus. J’ai donc passé le concours commun des IEP de province et j’ai intégré Sciences Po Lille pour 5 années d’études. J’ai ensuite complété ma formation par un master à la Sorbonne.

As-tu passé le concours de Sciences Po Paris ou seulement celui des IEP de province ?

Je me suis inscrit au concours de Sciences Po Paris, mais j'y suis allé sans motivation et sans préparation. Pour le concours des IEP de Province, qui avait lieu plus tard, j’étais beaucoup plus déterminé. Le concours est composé de trois épreuves : une dissertation de culture générale, une épreuve d'histoire et une épreuve d'anglais. C'est l'anglais qui m'a permis de rentrer à Sciences Po Lille car j'ai récolté un joli 19/20 en anglais, et respectivement 11 et 12 en histoire et en économie.

A l’issue du concours, pourquoi as-tu choisi l’IEP de Lille ?

Au moment de s’inscrire au concours, le candidat indique les IEP qu’il souhaiterait intégrer, par ordre de préférence. Son classement au concours détermine l’IEP dans lequel il ira effectivement étudier.

Lille a toujours été mon premier choix : pour sa réputation bien sûr, mais pas seulement. J'avais entendu dire que Lille était une ville étudiante, très accueillante, ce que j’ai pu vérifier pendant mes années d’études à Sciences Po Lille ! Sa proximité avec Paris était également un vrai plus pour moi : j’avais besoin de savoir que je n’étais pas loin de Paris, où se trouvaient ma famille et mes amis. Je peux vous dire aujourd’hui que j’ai fait le bon choix : j’ai adoré les années passées dans cette école et dans cette ville !

Comment s’organisent les 5 années du cursus à Sciences Po Lille ?

Les deux premières années offrent une formation généraliste en sciences sociales (économie, droit, sciences politiques, histoire…) et m’ont clairement permis de consolider ma culture générale, ce que je considère comme un réel atout aujourd’hui dans ma vie professionnelle. Le rythme de travail était important, sans être trop chargé : l’objectif étant de nous permettre d’avoir des activités extrascolaires, notamment au sein des associations étudiantes présentes sur le campus.

La troisième année s’effectue nécessairement à l’étranger, dans une université partenaire.

Les deux dernières années sont consacrées à la spécialisation et je peux vous dire qu’entre les cours, la recherche de stage et la rédaction du mémoire de fin d’études, je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer !

Quel échange universitaire as-tu choisi ? Qu’en as-tu tiré ?

J'ai passé un an à l'Université de London en Ontario, au Canada, et ça a été l’une des plus belles expériences de ma vie ! Le campus, clairement inspiré de ceux que vous trouvez dans les universités américaines, était incroyable, et les cours passionnants. J’ai aussi énormément appris aux contacts d’étudiants de nationalités et de cultures très différentes.

Quelle spécialisation as-tu suivie en 4ème et 5ème années ?

J’ai suivi le master « Métiers de l'interface public-privé ».

J’ai décidé d’orienter mon stage de fin d’études dans un domaine un peu plus spécifique : c’est ainsi que j’ai passé quelques mois à l’Observatoire National de l’Action Sociale (« ODAS »), qui s’occupe d’analyser les dispositifs et pratiques mis en œuvre pour répondre aux besoins sociaux. C’était une très belle expérience, à l’issue de laquelle un CDD m’a été proposé.  

Me sentant un peu jeune pour me lancer sur le marché du travail, j’ai souhaité compléter ma formation à l’université et me suis inscrit à la Sorbonne où j’ai suivi le master « affaires publiques et ingénierie de la concertation sociale ».

Sur quoi a débouché ce deuxième master ?

A l’issue de cette formation, j'ai pu faire un stage de six mois dans un cabinet de conseil en concertation, très intéressé par ma double formation. Comme les choses se déroulaient bien, j'ai continué à effectuer quelques missions en freelance pour ce même cabinet. Un CDI m’a été proposé il y a quelques semaines, je peux vraiment dire que je suis un jeune actif aujourd’hui !  

Le mot de la fin pour les jeunes générations intéressées par des études dans un IEP ?

Ces études vous permettront de vous ouvrir l’esprit, de découvrir de nouvelles cultures, de voyager et surtout d’être un très bon professionnel… Alors foncez, vous ne serez pas déçus !